Le yoga du froid, j’ai testé !

Le yoga du froid, j’ai testé !

Depuis l’année dernière, j’avais très envie de faire ce stage autour du froid. En effet, en tant qu’accompagnatrice je travaille tout le temps dehors et donc potentiellement dans le froid. Et, il faut bien le dire, avec les années la tolérance au froid est plus difficile.

Le yoga du froid est aujourd’hui plus connu grâce à d’éminents spécialistes du yoga Toumo (yoga du froid Tibétain relativement exigeant) notamment comme l’institut Maurice Daubard .

Le stage que j’ai vécu n’était pas dans cette lignée du yoga Toumo, mais une formation à destination des accompagnateurs en montagne, pour à la fois travailler sur notre propre approche du froid et aussi aborder la gestion du froid pour nos clients. Ça ne diminue en rien l’expérience que j’ai vécu. 

L'aventure commence avec l'inscription !

L’aventure commence au moment de l’inscription, dans ma tête le pour et le contre se bousculent. Et la préparation démarre à ce moment. « Je me lance ? ou je ne me lance pas ? » Bien sûr j’ai vécu beaucoup de réticence dû à la peur de tomber malade, de ne pas y arriver. Cette peur du froid est très ancrée en nous tous. Finalement je me suis lancée.

Curiosité, challenge, brin de folie, envie de devenir plus résistante au froid, envie de vivre cette expérience, envie d’accroître mes défenses immunitaires, telles étaient mes motivations.

4 jours pour s'immerger dans le froid

Nous sommes arrivés Dimanche et en guise de préparation, nous avons déjà pratiqué du yoga dehors, habillés mais sans les gants.

Lundi matin, c’est le grand jour. Une ambiance entre euphorie, inquiétude, excitation règne dans le gite. Tout le monde est en maillot de bain ou short. Dehors il neige et la température est autour de -2°C.

Je suis prête, je ne sais pas trop à quoi m’attendre, mais j’ai envie d’y aller. Tout le monde sort et s’installe. Je pensais que nous allions commencer par des postures dynamiques, des frictions, automassage et autres pratiques vigoureuses, mais non ! Nous nous asseyons gentiment en tailleur sur notre petit bout de tapis pour méditer !

Ensuite nous enchainons des respirations plus tonique, puis des postures et des enchaînements debout. Les sensations sont encore différentes. Étrangement, j’ai presque plus froid debout que lorsque j’étais assise.

Durant la première phase de méditation, je commence par frissonner puis puis trembler de tout mon corps. Je respire le plus profondément possible en amenant la détente dans mon corps et dans mon esprit qui s’agite un peu. Cette phase de frissonnement dure environ 5 à 10 minutes. Grâce à certaines  respirations, je ressens un noyau de chaleur dans le centre de mon corps.

Je me concentre sur les sensations physiques, les flocons délicats qui tombent sur ma peau, le sol sous mes pieds et mes ischions, une légère brise dans mon dos. Un pic épeiche tambourine sur un vieil arbre puis s’envole. La perception de ce qui m’entoure est démultipliée. J’ouvre les yeux et je regarde le paysage devant moi. Le temps se suspend, un moment de félicité se déploie.

Après 3/4 d'heure, Savasana dans la neige !

Au bout de 3/4 d’heure, nous terminons la séance et tout le monde se jette dans la neige.

Ah !!! Mon Dieu ! Je me dis que ça, je ne pourrais jamais le faire ! Je ne m’attendais pas du tout à ça ! J’hésite et les autres stagiaires m’encouragent, alors finalement je me lance à mon tour : sur le dos puis sur le ventre. C’est assez saisissant, il faut bien l’avouer ! Puis je remets mes chaussures tant bien que mal (avec les doigts et les pieds mouillés et gelés, pas facile !) et je cours vers le gîte pour me réfugier à l’intérieur.

La phase de réchauffement lent indispensable

Lorsque j’arrive au gîte, je ressens joie, euphorie et énergie. Je n’ai plus du tout froid et même chaud dans l’atmosphère douillette du gîte.

Le formateur nous conseille de nous habiller et de nous mettre dans notre lit avec des couvertures en plus. Sur le coup, je trouve ça un peu exagéré car je n’ai absolument pas froid. Mais comme je suis une bonne élève, je le fais. Et au bout de 5 à 10 minutes, le froid commence à se faire sentir et je me mets à frisonner très fortement. Je ressens la chaleur dans le centre de mon corps comme un noyau central très chaud et en surface, je ressens un fluide froid qui circule sous ma peau.

Il me faudra environ 1 heure pour me réchauffer et surtout un thé et un bon brunch !

Gratitude

Le vécu, les ressentis des autres jours ont été différents à chaque fois. La météo n’est jamais vraiment la même, l’humeur non plus, l’énergie dont on dispose non plus. L’expérience est donc chaque jour un peu différente, mais toujours intéressante. 

A la fin du stage, je me sens sereine, forte, heureuse, pleine de joie. Ces séance de yoga dans le froid ont été des moments d’introspection, de recentrage sur moi. Ils ont aussi été l’occasion de réaliser combien je suis  chanceuse d’avoir une maison chaude et de la nourriture pour me nourrir le corps et l’esprit, une famille que j’aime. Je me sens pleine de gratitude pour cela ainsi que pour les autres participants dont la présence joyeuse et bienveillante a magnifié cette expérience.

La suite ...

Alors comment ne pas avoir envie de poursuivre cette belle aventure par une pratique quotidienne même de 5 min ?

Et comment ne pas avoir envie de le partager avec vous ? En vrai ! De vous faire vivre cette expérience que j’ai trouvé si riche ! Alors rendez-vous pour tester le yoga du froid en décembre 2021 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *